Présentation

Jean-pierre Priol, alias Nansouk & Jaconas

Ouest-France édition Brest- Article du 26/02/2010

À 61 ans, il passe son CAP Tapissier

Parce qu’il s’ennuyait à la retraite, Jean-Pierre Priol, ancien cadre, a repris des études. Il rénove ses fauteuils, son canapé. Il confectionne même des sacs avec d’anciens canevas.

Il aurait pu profiter d’une retraite confortable ou poursuivre sa carrière comme consultant.

Mais Jean-Pierre Priol, 61 ans, est « un hyperactif », sourit sa femme, enseignante retraitée. Un touche-à-tout inspiré, et sans complexe.
Un an après son départ de l’entreprise, il s’ennuyait. Alors, il a repris des études il y a un an et demi. Un CAP Tapisserie d’ameublement au lycée de la Croix-Rouge.

« J’ai trouvé l’annonce dans le journal. Il n’y avait pas de limite d’âge ». Une chance pour cet homme souriant et ouvert, chic, tout en restant décontracté.

Retour à la Croix-Rouge

« J’ai toujours aimé le textile et la mode », justifie le Brestois originaire d’Audierne. Sa mère était couturière. Lui a appris à tricoter, un hobby qui lui a même valu un prix. «Dans mon métier, je voyageais beaucoup, et j’ai toujours rencontré des personnes en lien avec ma passion. »

Après un baccalauréat maths et techniques, il a été informaticien chez Renault. Avant de revenir à Brest, chez Thalès, où il était responsable des achats internationaux.
Il est aussi passionné de brocante. Or, « faire rénover un fauteuil coûte environ 800 € ! » Pourquoi ne pas le faire soi-même ?

En septembre 2008, humblement, comme tout élève, il fait sa rentrée. Il connaît bien la Croix-Rouge pour y avoir été collégien. « J’ai trouvé marrant d’y revenir cinquante ans après. » Il est le seul garçon. Mais il s’y plaît. « Les profs, les élèves de 18-20 ans… tout s’est bien passé. » Dans sa classe, il y a aussi quelques femmes d’une quarantaine d’années en reprise d’études.

Un « vrai métier »

Il se lève à 6 h 30. Passe par le bureau du conseiller principal d’éducation quand il est en retard ! Il suit une trentaine d’heures de cours par semaine, sauf français et maths. Il se forme au secourisme, « des points en plus pour le diplôme ». Il apprend à coudre, à dessiner. Il découvre un « vrai métier », exigeant. Sangler, mettre en crin, garnir, couvrir, etc. « C’est physique. Il faut soigner toutes les étapes. »

En juin, il a brillamment obtenu son CAP. « Durant toute ma carrière, je n’ai jamais cessé d’apprendre, en formation continue. Mais sans diplôme. Cette fois-ci, c’était important qu’il y en ait un. » Désormais, il suit une dernière année de perfectionnement.

En un an et demi, il a fait revivre une trentaine de fauteuils et chaises. Des Napoléon III, Louis XVI, etc. Il peut enfin s’attaquer à la rénovation de son canapé capitonné Chesterfield (…).

Surtout, Jean-Pierre Priol s’est découvert une nouvelle passion. Il recycle des vieux canevas pour en faire des sacs. Le résultat est étonnant.
« À l’origine, c’était pour m’en faire un cartable. Mais, dans la rue, on me demande régulièrement où est-ce que je l’ai acheté ! »
Il envisage désormais de les vendre dans le cadre d’un statut d’auto-entrepreneur. « J’ai travaillé quarante ans. Il m’en reste autant à vivre, affirme cet incorrigible optimiste, autant m’occuper ! »

Laurence GUILMO pour Ouest-France Brest.

Ouest-FranceBretagneBrestArchives du vendredi 26-02-2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • NANSOUK.1 (nan-souk) :

    Sorte de belle mousseline. Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. IV, p. 579: "Tous nos autres produits, en calicots, en cretonnes, en percales, en jaconas, en nansouks, subissent tous différents apprêts.... on donne plus généralement aux nansouks un apprêt, dit de l'Inde, qui, avec le blanc, coûte 9 centimes le mètre".
  • JACONAS.1 (ja-ko-nâ) :

    Étoffe fine en coton d'un tissu peu serré, entre la mousseline et la percale, étant moins serrée que la percale et ayant les fils plus rapprochés que la mousseline."Trois cravates de batiste, les trois autres sont en jaconas commun" (Balzac, Illus. perdues, 1837, p. 155). Orig. incertaine (FEW t. 21, 1, p. 553 b), peut-être altération de Jagganath, ville de l'Inde où l'on fabriquait des tissus.
%d blogueurs aiment cette page :